L’origine de Fravimal (Partie 2)

On y est ! Près d’un mois après le dernier article voici enfin la suite des origines du retour de soulèvement de Fravimal. En effet, la dernière fois je vous dévoilais le pourquoi du Fravimal d’une façon bien détournée (quoique nos amis soviétiques servant de prétexte inculturel depuis longtemps je suppose que personne ne s’ébahit plus de les voir ourdir un odieux complot). Mais le comment dans tout ça ? Qu’en est-il advenu ? Figurez vous que j’y viens mes chers ouailles, que dis-je, mes cher ovidés panurgiens; je m’en vais vous la dévoiler l’incontestable vérité qui entoure ce mot ( que je n’oserais écrire une fois de plus, tant il me rappelle l’obscurité occlusant votre esprit, tel une camisole fourrée d’un astucieux mélange de verre pilé et de viande saignante tandis que vous visitez l’espace loups sibériens du zoo de Vincennes ). Mais d’abord, afin d’éviter toute confusion malheureuse, qui pourrait en l’occurrence avoir d’horribles conséquences (comme le fait d’interchanger par « mégarde » le contenu d’une salière avec du « sucre » de l’ami Escobar alors que vous visitez le centre Parkinson-Alzheimer de votre grande tante Pinaco), de vous raconter une petite histoire.

Yvette Grégoire de Richelieu après un détour dans la cuisine de Tony Montana

Nous voici donc peu après l’avènement et l’essor commercial indéniable du pommeau de douche à onze trous, soit vers l’an 1944 de notre ère, dans un petit village de la Rhur. Un petit groupe de GI’s habillement déguisés en germaniques (via la bien connue méthode du collage de scalp d’aryen sur la zone de calvitie naissante) se déplace silencieusement sur une route enneigée. Leur mission est simple,tellement facile à comprendre que même une Zahia un peu plus conne que la moyenne (qui est au système de notation du QI ce qu’un degrès Kelvin est à la température) pourrait en saisir la teneur. Ils ont pour mission de ramener un exemplaire du « guide de manipulation des masses par le mensonge, la terreur et en exploitant l’infinité de la connerie humaine pour les nuls » Aka Le combat du plus gros serial killer Allemand Autant dire qu’à l’époque c’était pas bien compliqué à trouver. L’oncle Sam comptait donc sur ces quelques branleurs courageux soldats pour lui ramener ce bouquin et voir comment l’adapter chez lui ainsi mieux connaître son ennemi. Malheureusement pour eux ils ignoraient le lien étroit du Fravimal avec le dit recueil de nouvelles sur la tolérance de son prochain. Et afin de mieux comprendre et éviter toute regrettable et funeste confusion laissez moi vous raconter une histoire  (comment ça je suis déjà entrain d’en raconter une ? Et alors ? Zaviez pas l’air bien dérangés quand DiCaprio vous faisait le coup ! Considérez cela comme une histoireception, ce qui au final reste bien dans l’esprit Fravimal). Nous voici donc peu après l’essor économique sans précédent de la moutarde suite à son utilisation massive dans les conflit armés, soit aux alentours de 1919. Un jeune lieutenant, gravement blessé sur le front auparavant, se repose donc tranquillement les bronches dans un hôpital militaire bavarois, quand lui vient l’idée de se mettre à la politique. Seulement la démocratie c’est long et laborieux, en plus il faut soutient d’un peuple qui sait même pas ce qui est bon pour lui sans parler du fait que ça coûte un sacré pognon. Bref le petit lieutenant se dit que merde, se faire arrêter dans son élan pour des petites broutilles du genre c’est très con. Il se rabat donc sur une solution garantissant à la fois rapidité et faible coût économique, j’ai nommé : le coup d’Etat. Lequel se finit, comme à chaque qu’un amateur décide d’en monter un, en foirage total ! C’est une fois en taule que l’ami des moustachus à raies sur le coté à fait la connaissance du Fravimal ! Cet être au sens de l’humour pas commun, jouant avec l’histoire, le temps et surtout l’humanité pour se fendre la gueule. Vous l’avez tous vu, sous plusieurs formes, en plusieurs époques mais toujours aussi foutrement tordu. C’est lui qui fournit le livre à Hitler, juste pour voir ce que ça donnerait si on donnait au plus grand malade du siècle le moyen d’asservir par la connerie tout un continent. Pour le coup le fravimal ne fut guère déçu.

 

Un canadien millionnaire habillé en paysan dont le physique est à mi-chemin entre l’ornithorynque et le rat-taupe. Honnêtement on aurait tous dû le voir venir, non?

Le voici sous sa forme actuelle, près à répandre folie et terreur dans l’âme de la jeunesse. Ah et pour notre groupe de bidasses, et bien objectivement on s’en fout, mais si quelqu’un y tient je raconterait comment leur mission se vautra misérablement à cause d’un furet enragé blénoragique(probable ancêtre du Nicolasus Cageüs Vulgaris).

Si vous doutez de l’existence du fravimal, hardis compagnons, sachez que je ne tarderais guère à vous révéler la majeure partie des traces de son activité dans l’histoire(la saga twilight en étant déjà un exemple plus que flagrant). Le seul moyen de l’arrêter de baiser le niveau étant de détruire le monde, faites comme moi et réunissez vous le 21/12/2012 pour atomiser cette foutu planète avant que le fravimal nous frappe de nouveau en… en créant un reboot 3D crossover de Twilight et de PlusBelleLaVie, nommé : PlusImmortelleLImmortalité Rise of the Shinig Gays Vampires.

L’origine de Fravimal

Fravimal… Lâché comme ça, tel un parpaing dans le berceau, ça peut surprendre je l’accorde.

D’où vient ce mot ? En est-ce seulement un ? Pourquoi pas un nom propre ? Et surtout comment un truc pareil peut être à l’origine de ce site (que dis-je, de ce monument en devenir) ?

En réalité c’est fort simple, si vous avez un oeil attentif sur le web vous vous serez rendus compte qu’un peu partout ce mot apparaît depuis la semaine dernière. La vérité est en train de se dévoiler, un évènement majeur va se jouer et je ne parle pas de la fin du monde !

Le fravimal se révelera bientôt à chacun de nous

Flippant, n’est-ce pas

Ainsi le fravimal serait une entité démoniaque perverse et ayant des goûts prononcés pour la scato-geronto-agoraphile à l’ancienne. Que nenni, c’est une toute autre chose, qui implique peut être les plus hautes instances de l’état (mais je n’ai pas précisé de quel état …), ou pas du tout d’ailleurs. Pour bien comprendre il faut disséquer l’origine du mot, et celle ci remonte à très loin.

Commençons, voulez-vous, par le commencement. Ainsi, en un temps que certains qualifierait d’aube de l’humanité et que d’autres appelleront la fin des années 80 (bien que l’origine du mot remonte à bien plus loin, mais si je dois tout vous dire tout de suite on s’en sortira pas), le fravimal ressorti des ténèbres (aussi nommé archives nationales du kremlin). En cette fin de guerre froide, un archiviste nommé Raul Tatupoulovitch Fernando di Tronquoint s’empara par pur hasard d’un dossier sur lequel était marqué Fravitov Maligrad (terme russe bien connu pour dire « touche à ton cul ou la stasi va t’apprendre à compter tes dents »). Édenté depuis qu’il avait tapé sur le Minitel  du parti ‘3615 Staline à Poil’, le jeune Raul le prit donc avec lui. A peine sortit des archives il était renversé par une lada habilement tapissée de barbelés et autres objets délicatement tranchants. De la pulpe qui restait de son corps on ne récupéra que la couverture du dossier, son sang n’ayant épargné que les lettres fravimal. L’histoire se répandit, et bientôt dans toute l’URSS fravimal devînt le terme qui décrivait les « nettoyages » du KGB :

Red Red red

C’est beau c’est rouge c’est l’armée Rouge.

Je vous rassure, le KGB n’est pas entrain de renaître de ses cendres, non cette histoire laisse un tout autre indice. On y apprend que les agents Russes avaient un sens de la classe indéniable quant il s’agissait de « ramener un camarade dans le droit chemin ». Mais surtout vous pouvez y entrevoir le sens profond de Fravimal, quelque chose qui tendrait vers le sombre, le dégueulasse et le foutrement incohérent.